IM 70.3 Otepää 2019

Juste après l’Ironman de Mont-Tremblant, Ben, Flo et moi avons réfléchi à un objectif pour cette année. On a décidé de tenter une qualification aux championnats du monde Ironman 70.3, qui ont lieu à Nice en 2019.

Il restait à choisir quelle course ? Flo avait peur du niveau des courses en France (Aix, Sables d’Olonne), et on voulait une course pas trop loin, pas pendant l’été et avec un maximum de dénivelé pour nous favoriser. Nos regards se sont tournés vers l’Estonie et notamment Otepää le 15 juin 2019 !

Inscription faite il y a quelques mois, et ça y est, on y est enfin ! Punaise, on est les 3 en grande forme, ça s’est vu notamment à Montauban et à l’Isle Jourdain, ça va envoyer du lourd !

Depuis 5 mois et demi, j’aurais fait

  • 215,432km, soit 63h52’35s de natation
  • 3134km, soit 137h19’28s de vélo
  • 625km, soit 48h53’35s de course à pied

Préparation

Le voyage s’est passé sans encombres, on a tous notre matériel en bon état, on est arrivés 2 jours avant pour se reposer et être en forme. A part les dizaines de piqûres de moustiques, tout va bien !

On assiste au briefing, la météo annoncée a l’air idéale : lac à 20.5°C, donc combinaison autorisée, soleil avec un léger vent et température aux alentours de 25°C. Bon, la course a fait un record de participation avec plus de 1000 inscrits, 5 slots seulement vont être ouverts pour mon groupe d’âge et celui de Flo (25-29 ans), 10 pour Ben (30-34 ans) et 8 pour Francky (40-44 ans). Ça va pas être si simple que ça tout compte fait ! L’arbitre annonce que le drafting est interdit à vélo, mais que le slipstreaming est autorisé. Tiens donc, qu’est-ce que c’est ? C’est intéressant ça pour la stratégie de course.

Les dossards sont récupérés, les différentes poches de transition sont prêtes et les vélos installés. On repère bien nos emplacements pour optimiser les transitions : à l’aller je tourne après avoir vu les barrières avec le dossard 314. Au retour je tourne juste avant la porte grillagée.

Parcours vélo repéré, la course démarre à 10h du matin, donc on peut profiter d’une bonne nuit de sommeil. Tout est prêt, je suis chaud patate !

Jour J

Installation des bidons sur le vélo, des barres et gels, je défais les nœuds des sacs de transitions et vérifie que tout est bien en place. Je mets la combi et pars m’échauffer avec Ben et Flo dans la zone prévue à cet effet. On est large niveau timing.

Le départ est en Rolling Start, c’est-à-dire que 4 triathlètes partent toutes les 4s pour éviter les bousculades et les coups. On se met en place dans le SAS 25′-30′. Et là, des dizaines de triathlètes se mettent dans le SAS <25’… Sérieux, y en a combien qui vont réellement réaliser ce temps ? Au final, dans les individuels, aucun. (Après discussion et réflexion, peut-être que le SAS annoncé avec le panneau commençait devant et non derrière, donc je me suis sans doute mal placé, allez savoir).

Bon, ça commence bien, je me retrouve avec 200 personnes devant moi avant même de commencer, quelle poisse. L’ambiance est moins folle qu’à Mont-Tremblant, mais on va faire avec. Le départ est lancé, on s’arrange pour partir ensemble, Ben, Flo et moi.

Natation

L’arbitre nous dit de partir, je cours en rentrant dans l’eau et fais un dauphin avant de nager. Je ne suis pas gêné donc j’arrive rapidement à poser ma nage, je vois Ben à côté de moi pendant quelques dizaines de mètres.

Je commence à doubler rapidement les gens devant moi, c’est cool pour le moral, mais punaise, pourquoi est-ce qu’ils se sont placés là si c’est pour ne pas avancer à l’allure du SAS… Je reste concentré et me dirige vers la bouée jaune. Je prends le virage normalement et essaie de voir la bouée suivante. Je ne la vois pas. Je suis donc bêtement un groupe devant moi.

Après plusieurs longueurs je constate un autre groupe bifurquer plus à gauche… Merde, je sens que je n’ai pas assez tourné, je lève les yeux et vois que la bouée est effectivement plus à gauche. Bon bah on va naviguer seul pour prendre la bonne trajectoire.

Je continue mon bonhomme de chemin en doublant toujours plus de nageurs. C’est grisant et motivant mais bon, ça ne me sert pas trop en terme d’allure ni de sillage.

Vers la fin du parcours, en se dirigeant vers la bouée jaune, une fille me rattrape, je m’accroche donc et on reste au même niveau pour profiter chacun de la vague, c’est cool. Un bon nageur déboule à côté, j’en profite pour me mettre dans ses pieds et continuer une belle remontada ! Sur la fin, je décroche et lève un peu le rythme tout en battant plus des jambes pour anticiper la suite.

Petit passage dans les algues en longeant le ponton et c’est la sortie de la natation !

Elapsed Time Moving Time Distance Elevation Gain
00:29:10 00:29:10 1.90 0.00
hours hours km meters

T1

Grosse ambiance de folie, j’entends Line m’encourager ! Je me libère rapidement de ma combi et cours comme à mon habitude.

J’ai bien repéré où était mon sac, je l’agrippe, vois que celui de Flo est encore là, et rentre dans la tente. J’avais repéré où me placer dans la tente, bon, les bancs sont pris tant pis, je pose mes lunettes et enlève ma combi debout.

Je m’équipe rapidement et pars avec les affaires dans le sac que je laisse et direction le vélo ! Je tourne après le 314 et trouve mon vélo qui m’attend !

Allez go go go !

Vélo

Et autant dire que j’ai sorti un très bon vélo. Le parcours vélo est très roulant, avec 800m de D+. Autant dire que sans un vélo CLM, je ne suis pas à mon avantage, mais j’aurais quand même réalisé un beau chrono.

J’ai respecté les distances et les règles pour doubler, ça piquait quelques fois les cuisses mais aucun accroc.

Ça roule vite, premier demi-tour, au bout de 22,5km, je compte le nombre de concurrents devant moi : je suis 22ème, punaise c’est énorme ! Je pensais pas être aussi bien classé !

Je croise Flo, Ben puis Francky, et continue mon allure, je compte : 16ème. Un peu avant la fin de la première boucle, un groupe de 7 cyclistes me passent devant avant l’ascension. « Allez, c’est pas grave, tu les reprends à la côte qui arrive ».

Le deuxième tour se passe sans problème, j’ai un peu plus mal aux fesses alors je passe plus facilement en danseuse pour dégourdir tout ça. Mon classement stagne autour de la vingtième place. Je bois régulièrement mais m’alimente peu (une demi pâtes de fruits et 2 gels au total).

Vers la fin, quand une dizaine de cyclistes me passent (toujours au même endroit, j’imagine que le CLM favorisait vachement sur cette portion), je commence à pester, surtout que ça va remonter à nouveau et que je vais devoir les doubler. Je double à nouveau quelques concurrents et un arbitre, devant moi colle un carton bleu à un cycliste. Ça m’empêche de doubler… Merde j’espère que je ne vais pas être pénalisé pour ça.

Finalement je peux enfin le doubler et je continue ma fin du vélo sans accroc, paré pour la dernière épreuve !

Elapsed Time Moving Time Distance Average Speed Max Speed Elevation Gain
02:19:41 02:19:41 90.00 38.66 0.00 0.00
hours hours km km/h km/h meters

T2

Comme pour T1, j’ai bien repéré l’emplacement, je laisse mon vélo et fonce me changer. Je galère à enfiler les chaussettes mais c’est parti !

Couse à pied

Je ne m’enflamme pas et me cale à l’allure cible que j’avais travaillée : 4′ au kilo. Ça tient bien, je me fais doubler par 2 personnes (dont un de ma catégorie), je reste sur mon allure pour ne pas me griller.

Comme je n’ai aucun repère sur mon classement, je préfère ne pas prendre de risque si loin de l’arrivée. Il commence à faire chaud et le parcours est assez exigeant. Je prends bien de l’eau à chaque ravito : pour boire et me rafraichir la tête.

Première grosse ascension (le semi a 220m de D+ au total), je rattrape le gars de ma catégorie et le distance, je suis content, j’arrive à bien tenir l’allure. Kilomètre 6, j’enlève cette fichue casquette et je prends mon premier gel pour éviter des mauvaises surprises : pour l’instant c’est top, le mal de ventre et les crampes ne sont pas de la partie !

Les jambes sont justes lourdes mais ça tient bien ! Je prends du sel au km8 en prévention.

Le premier tour se termine, l’ambiance est toujours là, et ça se passe nickel : 4’03s au kilo de moyenne sur la première moitié. Je prends mon dernier gel et continue dans ma lancée.

Globalement ce deuxième tour est un peu plus compliqué : il fait plus chaud, la fatigue se fait ressentir, et y a des taons qui viennent tous nous bouffer ! Pour la petite anecdote, mon dos sera couvert de piqures à la fin de la course.

Ma ceinture porte-dossard glisse sous la taille, et je me rends compte que c’est parce que j’ai du pas mal fondre pendant la course, allez c’est pas grave, c’est bientôt fini ! Un gars me pose en course à pied, je ne cherche même pas à m’accrocher et le premier relais me double également.

Km17, je me retourne au cas où il y ait la Cavaille et je me dis, « allez maintenant tu donnes tout ce qu’il te reste » ! Tu penses à tout le monde qui suit la course et tu ne gardes rien.

Je termine donc cette fin de boucle à m’encourager, à demander des encouragements au public, « Allez, allez Hugo » !

Finish

Dernière descente à la sortie de la forêt, les jambes sont légères, je sens l’arrivée toute proche, je gueule dès que je vois du monde pour me motiver : « Wouhou ! » !

La fin est proche et je suis trop content, je donne tout, dernière rampe avant la ligne d’arrivée, les 2 speakers sont là et me tendent leurs mains, je lève les bras pour savourer cet instant en donnant tout !

Je ne sais pas combien je suis, mais je ne vois pas grand monde dans la tente, sans voir de dossard M25-29, punaise ça sent bon ça !

Je retourne vers l’arrivée et je vois Flo La Cavaille arriver à pleine balle, tout donner et lui aussi profiter de cette fin incroyable ! Énorme numéro ! 2min après Ben déboule aussi, punaise mais on a tous fait un énorme numéro ! Les 3 sous les 4h30′ !

Magique
Elapsed Time Moving Time Distance Average Speed Max Speed Elevation Gain
01:28:58 01:28:58 21.40 4:09 N/A 0.00
hours hours km min/km min/km meters

Conclusion

On apprendra via l’appli que

  • Je termine 8ème au général, 2ème de ma catégorie en 4h21’05s
  • Flo fait 11ème général et 3ème de catégorie (juste derrière moi donc) en 4h23’38s
  • Ben fait 17ème général, 7ème de caté en 4h26’58s
  • Francky fait 258ème général, 42ème de caté en 5h16’20s

Punaise, on va aller les 3 aux championnats du monde IM 70.3 à Nice le 8 septembre ! C’est bon ça !

Il y a un an jour pour jour, je faisais le half de Revel, le premier half correctement préparé (Lisbonne et Levezou avant n’étaient pas dans les mêmes conditions physiques), et je suis vraiment content d’avoir bien mieux géré ma course, c’est l’expérience qui rentre j’imagine !

J’ai réalisé une super course avec une super gestion de course : autant en effort qu’en alimentation. Peut-être que j’aurais du m’alimenter un peu plus sur le vélo et en course à pied. Mon entrainement en course à pied est à mes yeux un peu léger, mais j’ai préféré faire « l’impasse » dessus pour éviter des risques de blessures.

Ce fût une journée incroyable avec 3 qualifs et encore un doublé du Toulouse Tri, comme à Carca ! Je n’aurais jamais imaginé faire cette performance un jour, incroyable !

On avait pas prévu la tenue club dans les valises pour un podium 😀

Malheureusement pour Francky, ça ne passe pas, mais il peut être content de sa performance vu l’entrainement triathlon qu’il a fait cette année ! Maintenant place à la bière pour revivre cette journée de folie pour nous 4 !

Merci tout le monde pour les encouragements, les messages, la patience, la confiance que vous m’avez donnés !

Résultats

Et, voici donc, les résultats !

Une réponse sur “IM 70.3 Otepää 2019”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *